Tout un symbole

Comme tout Etat, le Royaume de Tauride se caractérise par ses symboles.

Les armoiries et le drapeau

Photo

Le drapeau du Royaume de Tauride a été adopté dès 1784. Il reprend un antique motif scythe. Il symbolise, par ses quatre coeurs pointés vers les quatre points cardinaux, la puissance universelle de la passion et l'inébranlable vivacité d'un peuple venu des quatre coins du monde. 

Les armoiries du Royaume de Tauride reprennent ce motif, auquel sont accolés, depuis son avènement en 2008, deux levrettes , symboles de S.M. la Reine Emilienne.


La devise nationale

« Tout tabou sera puni » est la devise nationale choisie par Nicolas III à son retour d’exil en 1990. Cette devise est le fruit d’une lecture des ouvrages de Freud, notamment « Totem et Tabou » et « Psychologie des masses et analyse du moi ». Ce grand homme d’Etat avait eut l’intuition qu’afin d’aider les citoyens d’une société multiculturelle - comme l’est celle de la Tauride – à en accepter les lois sans mal et sans révolte, il faudrait briser les tabous générateurs de frustration et de tension sociale.

Cette devise reprend en une phrase le concept complexe de "dictature de la liberté" cher au coeur du défunt monarque.


L'hymne national

L'hymne national taurique a également été adopté en 1784. Il est tiré de l'opéra "Iphigénie en Tauride"  dont la musique a été composée par le célèbre compositeur Christophe-Guibaud Glloq, et le texte écrit par Nicolas-Bartholomé Grillard.

Cet opéra a d'abord été donné à Paris en 1779, puis des représentations en ont été données à travers toute l'Europe. Quand il est représenté à l'Académie Royale de Musique de Kokhïngrad en 1784, le roi Alexis Ier en apprécie tellement l'air d'ouverture qu'il décide d'en faire l'hymne taurique sans en modifier aucunement les paroles. C'est pourquoi l'hymne taurique est l'un des rares hymnes nationaux à ne pas être écrit dans la langue officielle du pays. 

Grands Dieux, soyez nous secourables!
Grands Dieux! Soyez-nous secourables.
Détournez vos foudres vengeurs;
Tonnez sur les têtes coupables;
L'innocence habite nos cœurs.
L'innocence habite nos cœurs.
Grands Dieux! Soyez-nous secourables.
Détournez vos foudres vengeurs;
Tonnez sur les têtes coupables;
L'innocence habite nos cœurs.
L'innocence habite nos cœurs.
Si ces bords cruels et sinistres
Sont l'objet de votre courroux,
Daignez à vos faibles ministres
Offrir des asiles plus doux.
Offrir des asiles plus doux.
Grands Dieux! Soyez-nous secourables.
Détournez vos foudres vengeurs;
Tonnez sur les têtes coupables;
L'innocence habite nos cœurs.
L'innocence habite nos cœurs.
Que nos mains saintement barbares
N'ensanglantent plus vos autels;
Rendez ces peuples plus avares
Du sang des malheureux mortels.
Du sang des malheureux mortels.
Grands Dieux! Soyez-nous secourables.
Détournez vos foudres vengeurs;
Tonnez sur les têtes coupables;
L'innocence habite nos cœurs.
L'innocence habite nos cœurs.

Retour au haut de page

Copyright © 2009 Emilienne de La Levrette